L’avantage d’avoir été chassé lorsqu’on est chasseur, réside dans le fait que l’on a soi-même vécu ce que c’est que d’être de l’autre côté de la barrière, c’est-à-dire, d’avoir soi-même été candidat. Il ne s’agit pas d’une connaissance théorique basée sur des lectures toutes plus savantes les unes que les autres, mais d’un authentique savoir fondé sur l’expérience du vécu.

Je me souviens d’avoir été approché au téléphone par une confrère, qui à l’époque ne l’était pas encore. Et je me suis dit: je viens de vivre en direct tout ce qui ne devrait pas se faire dans une telle situation. Elle avait tout faux. Elle commence par m’appeler avec au moins 20 minutes de retard sur l’horaire prévu. Puis visiblement mal assurée, recherchant dans ses notes, posant des questions sans intérêt et parfois hors-sujet accompagnées d’onomatopées, je me suis vite rendu compte qu’elle n’avait pas préparé son entretien et qu’elle n’avait sans doute même pas dû lire mon CV avant de décrocher son téléphone. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase fut versée lorsqu’elle s’est mise à commenter, puis juger certains éléments de mon parcours !

A partir de ce moment là, bien évidemment, je n’étais plus en mode “écoute positive et favorable”, j’avais moi-même porté un jugement sur la personne. Ce jugement, je le faisais transparaître au moyen de quelques réflexions caustiques et provocatrices bien senties et fulgurantes. En somme, cette chasseuse de tête s’était décrédibilisée en quelques instants à mes yeux. Je ne la prenais plus au sérieux et l’issue de cet entretien ne pouvait être que négatif. L’écho de ses jugements négatifs ont même résonné en moi plusieurs jours après l’entretien. Ses réflexions ont eu un effet non seulement immédiat mais aussi indéniablement durable sur ma propre confiance en moi.

Moi-même devenu chasseur et à l’aune de cette mauvaise expérience, je me suis rendu compte qu’en réalité les relations chasseur-chassé doivent avoir pour objectif d’établir un partenariat basé sur la confiance. Elle doivent être empreintes de respect mutuel, de sérieux, d’empathie, voire de bienveillance. Je n’ai rien inventé, il s’agit de simples notions de base du pur “Bon Sens”, le niveau 1.0 des “Relations Humaines”. Alors j’ai pensé en faire un petit mémento simple à retenir sous la forme des “Dix Règles d’Or” du chasseur pour tenter de fixer les règles de base:

1. Aucun retard tu n’auras !

Et si tu en as, ce qui peut arriver et n’est pas grave en soi, préviens !, c’est toujours mieux que de laisser un candidat attendre sans information.

2. L’entretien tu prépareras

Et au minimum lis le CV !

3. Avec respect, bienveillance et empathie tu le/la traiteras

On est des humains, non ? Le respect est un phénomène mutuel, réciproque. Sois respectable et respectueux et on te respectera (peut-être!, du moins on l’espère!).

4. Le parcours professionnel tu ne jugeras

Et si tu le fais, fais le de manière silencieuse, dans ta tête, garde-le pour toi. Ne vas pas en faire le reproche au candidat. Comment le prendrais-tu si tu étais toi-même plongé dans une situation similaire, face à un interlocuteur qui s’est arrogé le droit de verbaliser son appréciation de ton parcours, c’est-à-dire les opportunités qui se sont présentées et les décisions que tu as prises dans telle ou telle situation ?

5. Ni la personne ni sa vie tu ne jugeras

Même commentaire que là-haut mais en pire ! Les choix de vie des candidats (des personnes !) ne concernent qu’eux-mêmes. Empathie: essayer de se mettre à la place de !

6. Aucun complexe de supériorité tu n’auras

N’oublies pas que le monde est petit et que la roue tourne. Un jour, peut-être pas si lointain que ça, tu risques de devoir compter sur ceux qui ont besoin de toi aujourd’hui. Egalité, réciprocité, confiance, bienveillance, authentique volonté d’apprendre de comprendre et d’aider.

7. Aucun traquenard tu ne tendras

Rien de pire que de n’être pas informé d’un contexte particulier dans sa totalité. Les points qui posent éventuellement difficulté doivent être exposés et discutés en toute transparence.

8. En temps et en heure tu informeras

Rien de pire que de laisser des candidats dans le flou artistique. Pour ma part, j’attends toujours, et ce, depuis plusieurs années, le coup de fil du chasseur qui devait me rappeler “demain matin” ! Une information rapide, même pour dire “je ne sais toujours pas” vaut mieux que pas d’information du tout.

9. Une information objective et transparente tu fourniras

Même si celle-ci doit être négative !

10. Dis ce que tu fais et surtout: fais ce que tu dis !

Je sais, c’est un cliché, mais c’est tellement vrai. Pas de promesses que l’on sait ne pas pouvoir tenir. Bien entendu, personne n’est à l’abri de circonstances contraires, mais, encore une fois: communication.

Voilà. Le seul objectif de cette modeste publication est de faire en sorte que nous nous posions des questions sur l’image de nous-mêmes que nous renvoyons aux autres au travers de nos comportements envers eux. Cette liste est loin d’avoir l’ambition d’être exhaustive mais elle a le mérite de reposer sur des expériences vécues de part et d’autre de la “barrière”. Et puis, un peu de bon sens ne fait de mal à personne !